Le padre Pio
Parcourt d'une âme : De Akhenaton, en passant par Jean l'apôtre, puis St François d'Assise avant d'arriver au padre Pio

L'Âme du padre Pio est une vieille âme. Du nom de Coutumi dans la citée de Shamballa la Bien Aimée, le padre Pio a d'abord été Akhenaton (environ 1355 av. [Y'eshua] ), puis Jean l'apôtre (il y a deux fois mille ans. Calendrier Grégorien trafiqué), ensuite [St François d'Assise] et enfin le padre Pio lui même (122 ap. Y'eshua)1.
Il aurait aussi été Pythagore (569-475 av. Y'eshua) et Platon (427-346 av. Y'eshua)2.photo Padre Pio

Francesco Forgione est né le 25 mai 1887 à Pietrelcina (province de Campanie, Italie). Sa mère, Maria Giuseppa, lui donnera le prénom de François, en hommage au saint d'Assise pour lequel elle éprouvait une grande dévotion. Solitaire, timide, de santé délicate, il se tient plutôt à l'écart des enfants de son âge, aidant les siens en allant accompagner les brebis familiales dans les collines avoisinantes. Sa vocation lui viendra tôt à la vue d'un prêtre capucin de passage dans sa famille. Et c'est en Janvier 1904 que ce vœu se réalisera en entrant comme novice au couvent des capucins de Morcone.
C'est en Janvier 1907 qu'il prononcera ses vœux solennels au couvent de San Elia pour ensuite aller étudier la théologie à Serva Capriola puis à Montefresco.

La vie du padre Pio sera en permanence accompagnée par la maladie comme [Marthe Robin] , [Thérèse Neumann] ou [Mollie Fancher] . Il est bizarre de constater que tous ces êtres qui ont vécus en inédie (et certains isétie) reconnue, ont tous étaient sujet à de graves maladies qui duraient longtemps, étaient très handicapantes, à tel point que souvent on leur donnait peu de temps à vivre, alors qu'en réalité ils ont eu largement le temps de marquer leur époque.
Concernant Francesco Forgione, il est clair que les nombreux jeunes, les différentes et continuelles privations ou mortifications qu'il vivait, le mépris du corps que la pensée religieuse dominante imposait, n'étaient probablement pas étrangères à ce délabrement physique.
C'est lors d'un jeune de 40 jours, ou malade, souffreteux et à l'article de la mort en 1910, qu'il sera ordonné prêtre prenant alors le nom définitif de padre Pio de Pietrelcina.
Toute sa vie il sera traversé de visions, fièvres mystiques et physiques, maladies, souffrances, extases. Il est décrit comme un prêtre différent, original, mystique. Dérangeant l’ordre établit de l’église. Toujours en méditation ou prières, entre jeune et mortification ou maladie il sera à la fois traversé par la grâce de la lumière et la souffrance de l'ombre.

photo Padre Pio

Il est très connu pour avoir vécu une grande partie de sa vie les stigmates du Christ (comme St François d'Assise), probablement lié à cette identification très forte à la souffrance de celui qui est venu il y a deux fois mille ans, et sans laquelle (croyait’on à l'époque) point de saint ou de salut possible. C'est à partir de 1910 qu'apparaissent des signes rouges et douleurs vives aux mains et aux pieds. Signes qui se transformeront en 1918 en stigmates qu'il cachera avec des mitaines. De 1919 à 1928, ces stigmates seront examinées par différents médecins et pontes de l'église qui ne pourront que constater la réalité de cet état3.

On lui prête le don de bilocation (apparition simultanée en deux endroits)3 , en plus de phénomènes particuliers telle l'hyperthermie (température très élevée du corps, au delà de 48°)4 ou la connaissance de langues qui lui étaient étrangères5. La lévitation, bien que relayée par la rumeur, ne reçoit que le seul témoignage du padre lui-même6.
On lui prête également des guérisons miraculeuses de paralysies, tuberculoses, fractures, broncho-pneumonies, méningites, cécités et cancers, dont il a toujours humblement attribué l'action à [Y'eshua] ou Marie6.

Sur sa capacité de vivre en [Inédie] et isétie (pranisme)7, celle ci est mentionnée et reconnue sur toutes les pages web ou livres parlant de lui, mais sans détail ni précision. Comme si cette extraordinaire capacité dérangeait. Et, de fait, effectivement elle dérangeait, et dérange toujours. Il n'y a qu'à voir comment [Jasmuheen] a put être agressée par la presse mondiale l'affublant même du titre de prêtresse du respiranisme. C'est bien sûr la partie qui nous intéresse le plus de sa vie ici sur Pranique.com, mais je n'ai malheureusement pas put glaner plus d'infos à ce sujet à l'heure actuelle. Il est certain que son état de [Pranique] (inédie et isétie combinées) a été très clairement constaté, mais le sujet dérangeant trop sur cette capacité qu'a l'être humain à se libérer de cette servitude, il est tout simplement zappé au maximum. Dés que j'aurais put obtenir des précisions sur cette état de pranique, je rajouterai ces infos dans les misàjour futures de cette page.

Amoindri physiquement par ses souffrances permanentes et la maladie, le padre Pio vécut ses dernières années dans une paix relative. Il décédera le 23 Septembre 1968.


Notes :
1 - [François des oiseaux] Daniel Meurois, Edts Le Passe Monde.
2 - Daniel Meurois. Séminaire L'enseignement de la Colombe. Nantes, 2008.
3 - J. Guitton / J-J. Antier, Les mystérieux pouvoirs de la foi, Edts Perrin, 1993.
4 - E. Boniface, Padre Pio le crucifié, Edts N.E.L., 1971.
5 - Padre Pio, Epistolario I, San giovanni Rotondo, 2000.
6 - P. Lesourd, Les mystères de Padre Pio, Edts France Empire, 1969.
7 - J. Bouflet, Encyclopédie des phénomènes extraordinaires dans la vie mystique, Edts le Jardin des Livres, 2004.

avatar Yv
Alleluya
Yv